Le télétravail et ses avantages, selon une étude de l’ONU

Réparer ses défauts grâce à la chirurgie réparatrice
6 février 2017
4 astuces naturelles pour combattre la cellulite
22 février 2017

Le télétravail ou le travail à domicile est une opportunité qui permet aux employeurs (les femmes surtout) de gagner beaucoup de temps, d’argent et d’avoir une vie de famille plus équilibrée, selon un rapport révélé hier 15 février par l’ONU.

Rédigé par l’Organisation internationale du travail et l’Eurofound, ce document fait une différenciation entre les employés travaillant dans un bureau, qui sont très mobiles, et entre ceux qui travaillent à domicile et qui semblent profiter d’un équilibre familial, sans être exposés aux répercussions négatives sur le bien-être et la santé, du travail au bureau.

Assurer l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

chirurgie réparatrice

En optant pour l’option «travail à domicile», les employés peuvent avoir un meilleur équilibre entre leur vie de famille et leur vie professionnelle. Le télétravail permet de réduire le temps de déplacement, ce qui rend les employés plus motivés et plus productifs.

Garder le contact avec les collègues

Le co-auteur du rapport, a expliqué que le télétravail à temps partiel permet également de garder le contact avec les collègues. Lors d’une conférence de presse à Genève, Mr. Jon Messenger a indiqué que la formule idéale, est de travailler 2 à 3 jours à la maison.

Cependant, il existe une autre facette effrayante du télétravail, que nous allons la découvrir ensemble :

Stress et insomnie

chirurgie réparatrice de menton

Selon l’étude, 42% des personnes qui travaillent à domicile présentent un taux de stress plus élevé contre 25% de ceux qui travaillent dans un bureau. En effet et toujours selon la même étude, 42% des télétravailleurs ont déclaré qu’ils souffrent d’un problème d’insomnie ou que la qualité de leur sommeil est très mauvaise.

Cependant, certains métiers ne peuvent pas être concernés par ce rapport comme par exemple les médecins et les plasticiens (dont la mission est de réaliser des opérations esthétiques comme la génioplastie ou chirurgie réparatrice du menton, l’augmentation mammaire, la chirurgie de l’obésité, etc.). Les journalistes, les chercheurs, les professeurs, et plusieurs autres ne peuvent pas être concernés par ce document.

Comments are closed.